Nombre total de pages vues

Rechercher dans ce blog

dimanche 1 septembre 2013

Grand Bassam. Abidjan. Le temps des cerises. 1975




Chaque dimanche matin, ma mère, mon père, ma tante, mon oncle, ma cousine, notre arrière grand mère et moi quittions la villa de Cocody pour retrouver la volupté des paillotes de Grand Bassam, havres de paix coincés entre lagune et océan, désertés comme pour mieux se remplir de nous, la tribu.

Sur le trajet immuable, je me rappelle du vent chaud s'engouffrant par la fenêtre ouverte, de la succession sous nos yeux ébahis de bouts de plage d'éternité selon un montage habile. Le film s'accompagnait d'une bande-son mémorable, mêlant bruit des vagues, brise marine, envolées du moteur à chaque changement de vitesse, et cerise sur le gâteau : l'inimitable refrain de Logical Song (Supertramp) s'élevant du lecteur cassettes de la Toyota.



Il y a peu, j'ai retrouvé 3 bobines super 8 dans la cave. vestiges de ca glorieux passé, des belles au bois dormant qui semblaient n'attendre que mon baiser. Je n'ai pu résister à l'idée de faire revivre un de ces dimanches précieux, fragiles, où nous étions seuls au monde, comme au premier jour. Pour qu'il en reste quelque chose, après tout...

Un de ces 4, j'y ajouterai les cris d'enfants, le doux crissement des pas dans le sable, le murmure lointain de l'océan, le ronronnement d'un moteur de voiture japonaise. Et j'y serai de nouveau.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire