Nombre total de pages vues

Rechercher dans ce blog

mercredi 1 octobre 2014

Pourquoi les SDF et les grand-mères s'entourent-ils d'autant d'animaux ?

La question du jour qui tue : Pourquoi les SDF et les Grands-mères partagent un même goût pour la compagnie d'animaux (chiens et chats) ?


On pense inévitablement au sentiment de solitude. C'est vrai, les uns et les autres partagent un même sentiment d'isolement dans nos sociétés occidentales auquel on pourra attribuer ce désir de se doter d'un compagnon de route.

Pourtant, à mieux y réfléchir, le SDF vit dans des lieux peuplés où l'échange social est a priori chose facile. Idem pour les personnes âgées qui lorsqu'elles avancent en âge restent rarement, ou plutôt sont rarement abandonnées à elles-mêmes dans des lieux perdus, loin des centres villes et de leurs centres commerciaux, de leurs pharmacies de leurs hôpitaux...


Il y aurait donc autre chose derrière ces manies animales. Personnellement, je lorgne plutôt du côté de la force d'un regard. Celui (de votre prochain) qui vous soulage ou vous fait vous sentir vieux, malade, sale, gros ou pas digne d'être fréquenté... Les regards tuent plus que bien des maladies.


A l'inverse, ils peuvent guérir l'âme. Le regard du chien ou du chat ne fait évidemment pas de différence entre un nanti et un désoeuvré, Il ne fait pas de discrimination, de jugement à l'emporte pièce, il ne juge pas, l'amour pour son maître est globalement (la reconnaissance du ventre mise à part) inconditionnelle. Ce regard qui ne juge pas fonctionne comme une thérapie d'affection qui tout en lui donnant des responsabilités vis-à-vis de l'animal enveloppe le maître de cette même affection. Une sorte de rempart de tendresse face au monde extérieur.


C'est en cela que j'y vois plus clair, pour faire appel aux mêmes compagnons de route, la vieillesse et le nomadisme des SDF souffriraient donc du même sentiment, non pas de solitude ou d'isolement, mais plutôt d'exclusion par le regard des autres, de leurs prochains. Ils vont retrouver la fraîcheur et la véritable empathie dans celui d'animaux qui "ne les jugent pas". A méditer !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire